édito#16

Les deux ne font qu’un.
Il y a les petites urbanités, ces inter-espaces urbains où règne l’inertie et que l’on va
chercher à ré-humaniser de manière éphémère et ce « Il y a quelqu’un ».
Libres, ces petites urbanités le sont car n’appartiennent à personne…ou à tous. Cela dit, rares sont ceux qui en font quelque chose ou ne l’occupent.
Elles seront donc libres de notre présence…
Offrir à l’autre par cet acte un autre regard différent, un questionnement, sur sa ville, sur un
manque…une absence…un vide…de sens.

Julie Manent

Laisser un commentaire

Your email is never shared. Les champs requis sont marqués d'un *.

*
*

Current month ye@r day *