édito #21

Pulsions d’espoir, les petites urbanités libres, proposées généreusement par la ktha, suggèrent de poser les yeux sur des recoins urbains qui pourraient représenter les signes de désespoirs et d’abandon vécus par grand nombre des passants dans toutes les villes du monde.
Ce projet pointe l’expression spontanée de citoyens anonymes qui s’approprient avec force l’espace public de nos villes. Mais aussi une manière de souligner leurs présences pour nous interpeller à travers un regard ludique qui stimule l’imaginaire collectif.

Les petites urbanités libres sont surtout le contrepoint des panneaux publicitaires, des barrières, des murs, des consignes et règlements à suivre qui dominent notre quotidien.

C’est dans cette « valse » mouvante et colorée que je m’inscris ouvertement pour participer avec joie à cette aventure collective.

Cécile Yess.

Laisser un commentaire

Your email is never shared. Les champs requis sont marqués d'un *.

*
*

Current month ye@r day *