édito #17

Il y aurait des black out / des trous de mémoire / des anachronies / des marges / des pas
décalés / des constructions avortées / des obligations de circuler
Il y aurait des failles / des trous / des zones sensibles / perchées / inaccessibles et non
référencées
Il y aurait des corps décidés / des pas pressés / des regards mécanisés / des plaisirs bafoués
Il y aurait des villes hantées / des terrains de jeu abandonnés / des parcs d’attraction sans
guichet
Il y aurait les indices d’une histoire / les symptômes d’une époque / des éclosions / des
surgissements / des éruptions / des décalages dignes de numéros de cabaret
Il y aurait comme une mission :
- Interroger l’habituel précisément parce que nous y sommes habitués
- Interroger le béton – l’asphalte – la logique de nos déplacements précisément pour nous
déplacer
- Dresser un nouvel inventaire ou peut-être tenter simplement d’inventer
Les Petites Urbanités Libres ce serait :
Un recensement incertain et sous-terrain
L’espoir d’entendre une réponse à la question : est-ce qu’il y a quelqu’un ?

Caroline Masini

Laisser un commentaire

Your email is never shared. Les champs requis sont marqués d'un *.

*
*

Current month ye@r day *